COMMENT...?

Des titres de livres qui commencent par : Comment...

  • Étienne, le narrateur de ce guide hors du commun, pantalon à grosses côtes et sac au dos, n'hésite pas à se sacrifier pour suivre le pèlerinage qui, de Vézelay à Compostelle, perpétue selon lui l'archaïsme de la pensée et la soumission au destin.
    Armé de son bâton de pèlerin, Étienne a plus d'un tour dans sa besace pour approcher au plus près les corps croyants de cette vaste communauté en marche... Le constat est hilarant : la chair est faible, on s'en doutait, mais elle est tout sauf triste !

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'étude des différentes manières de ne pas voyager, des situations délicates où l'on se retrouve quand il faut parler de lieux où l'on n'a pas été et des moyens à mettre en oeuvre pour se sortir d'affaire montre que, contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible d'avoir un échange passionnant à propos d'un endroit où l'on n'a jamais mis les pieds, y compris, et peut-être surtout, avec quelqu'un qui est également resté chez lui.

  • Sous le prétexte de nous parler de poésie, Éric Poindron nous balade sur les chemins de la curiosité dans un seul but : interroger notre rapport au monde, à l'autre. Loin d'une théorisation de la poésie contemporaine, ce Questionne toi toi-même, est avant tout un savoureux dédale littéraire, culturel, artistique. Poétique en fin de compte.

    Dans la suite naturelle de L'Étrange questionnaire, ce livre fantasque, érudit et malicieux, bénéficie d'une mise en page originale, laissant le lecteur combler les blancs laissés par l'auteur.

  • "Comment retarder l'apparition des fourmis" Ultime ouvrage de José Carlos Becerra Il est rare dans l'histoire littéraire récente, et sans doute unique au Mexique, qu'un poète nouveau venu ait suscité comme José Carlos Becerra (1936-1970) un tel engouement, voire une telle fascination chez ses premiers lecteurs, au moment même de disparaître prématurément. Voix "admirable et inquiétante" , disait de lui Octavio Paz.
    "Comment retarder l'apparition des fourmis", ultime livre du poète mexicain, toujours traduit par Bruno Grégoire & Jean-François Hatchondo, est un tournant formel qui se présente comme un journal intérieur de son ultime voyage en Europe. Le poète a alors 33 ans lorsqu'il réalise son rêve de découvrir l'Europe. Ce sera Londres durant six mois, puis cap au sud, idéalement jusqu'en Grèce... Mais la plongée allait tourner court au printemps 1970 sur une route italienne de la côte adriatique.
    Dans la carcasse de la voiture, on retrouve une sacoche contenant le livre en train de s'écrire : "Comment retarder l'apparition des fourmis" ... Livre de poèmes d'une rare force, jusque dans les générations suivantes et jusqu'à devenir un amer évident pour qui s'aventure aujourd'hui sur les eaux de la poésie mexicaine du siècle passé. Octavio Paz, encore, avouait n'avoir eu besoin que d'une poignée de poèmes, pour reconnaître au jeune homme d'alors, originaire de la région tropicale de Tabasco, une singulière maturité.

  • On ne saurait dire pourquoi l'univers de Pascal Garnier nous est si proche. Pourquoi il nous envoûte avec des histoires simples, des personnages ordinaires et un peu écornés par la vie, des mots familiers et des silences qui le sont encore plus.

    Ainsi Bernard, jeune crétin solaire, qui pose sur le monde un doux regard écarquillé. C'est ce qui séduit Simon, le cynique et élégant Simon, « éradicateur de nuisibles » en préretraite, comprendre : tueur à gages au bout du rouleau. La rencontre a lieu sur un banc public à Vals-les-Bains, où l'on s'ennuie plus ou moins entre le casino et les apparitions épisodiques de Jean Ferrat. Le hasard fait bien les choses : Simon a de l'argent, et Bernard, tout son temps. Il sera son chauffeur pour sa dernière mission.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Toute matrone sage, à ce que dit Catulle, Regarde volontiers le gigantesque don Fait au fruit de Vénus par la main de Junon :
    À ce plaisant objet si quelqu'une recule, Cette quelqu'une dissimule.
    Ce principe posé, pourquoi plus de scrupule, Pourquoi moins de licence aux oreilles qu'aux yeux ?

    Hardis et savoureux, les Contes de La Fontaine nous offrent une subtile leçon d'érotisme où style et galanterie s'unissent pour notre plus grand plaisir.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Écrire m'a appris à peindre ». Aurélie Foglia témoigne ici du dialogue qui s'est noué entre deux pratiques, écrire peindre, soit « peindre avec la langue ». Ces deux gestes se questionnent sans cesse, se croisent et se creusent, s'entretissent, se recouvrent, se révèlent et s'effacent réciproquement dans ces va-et-vient de verbes, « décrire peindre écrire dépeindre désécrire ».
    Seuls sujets, suffisants, inépuisables, les arbres reviennent s'y déployer sur la page en regard des toiles. Ce qui s'engage avant tout, c'est une réflexion et un travail sur la main et sa manière : main qui « caresse les arbres », qui éprouve directement, sans « gants », le contact de la matière, du temps et des couleurs.
    Un tel épanouissement, visible dans les trois premières « saisons » du livre, a connu son revers dans la vie. Il se trouve que la totalité des toiles a été détruite, par un homme alcoolique et violent, jaloux de cette part de création. C'est pourquoi Comment dépeindre, commencé comme une sorte de « journal d'ate/lier », et soudain forcé de prendre acte de cette catastrophe, devient, dans sa dernière saison, « un livre en deuil des images ».
    Les questions qui se posent, concrètes et sociétales aussi bien qu'esthétiques, reconduisent d'époque en époque toute leur actualité, tristement haletante : quel espace fragile, trop vulnérable, accordé à la création féminine ? Comment dépeindre est un livre qui dit, qui crie la stupeur, le traumatisme, littéralement la sidération.

  • La décroissance entend nous libérer de l'aliénation de l'idolâtrie de la croissance et du marché. Désacraliser la croissance consiste à dévoiler la manière dont a été «bricolée» sa sacralisation : l'hypostase de l'argent, la «théologisation» de l'économie, et la création des idoles du progrès, de la science et de la technique. Le projet d'une société alternative soutenable et conviviale, porté par la décroissance, vise à sortir du cauchemar du productivisme et du consumérisme, mais aussi à réenchanter le monde. Il contient donc une dimension éthique et même spirituelle essentielle. Cela en fait-il pour autant une nouvelle religion ?

    Inédit.

  • Les histoires poignantes mais souvent joyeuses de ce livre composent la tendre chronique d'un homme qui se souvient de son père. Un génial représentant de commerce et grand amoureux de la pêche, géant captivant et charmeur aux yeux de l'enfant qu'il était. Les chroniques commencent simplement, par ce regard de l'enfance, puis elles se développent pour illustrer la prise de conscience d'un garçon qui grandit et observe le monde autour de lui. Si elles reconstituent l'histoire de sa famille, avec en arrière-plan celle de l'Europe centrale, elles sont en réalité beaucoup plus que cela : de touchantes méditations sur la vie et la survie, la mort et la mémoire, l'humour, la justice et la compassion.L'humour et l'originalité de cette oeuvre largement autobiographique ont permis à Ota Pavel de devenir un classique dans son pays, au même titre que Jaroslav Hasek et Bohumil Hrabal.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Après avoir passé sa vie à explorer celle des autres, le psychiatre américain Irvin D. Yalom, auteur de Et Nietszche a pleuré et du Problème Spinoza, se penche sur son propre parcours. Pour la première fois, tissant des liens entre sa formation, les histoires de ses patients, les héros de ses romans, ses amours et ses regrets personnels, il nous révèle le cheminement de sa pensée. Comment je suis devenu moi-même n'est pas seulement une autobiographie, c'est aussi une invite au lecteur à voyager au plus près de ce qu'il est, et à songer au sens de sa propre existence.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Nous sommes en 1852, au coeur des magnifiques paysages du grand nord suédois. Lars Levi Læstadius, botaniste émérite, pasteur haut en couleur du petit village de Kengis et fondateur d'un mouvement connu pour son éthique rigoureuse, tente tant bien que mal de combattre l'athéisme et l'alcoolisme de ses paroissiens. Contre l'avis des villageois, Læstadius a recueilli un jeune garçon sami, affamé et illettré, Jussi, qu'il initie aux secrets de la botanique et qui le suit comme son ombre.Lorsqu'une servante est retrouvée morte dans la forêt, le commissaire s'empresse d'imputer l'odieux crime à... un ours. Fort de son intuition et de son savoir scientifique, Læstadius n'y croit pas un instant. Quand une deuxième jeune fille vient à disparaître, le pasteur, secondé par son fidèle Jussi, décide de mener l'enquête, quitte à s'attirer les foudres des autorités locales. Traduit du suédois par Marina et Françoise Heide

  • Vivant résolument au bord de l'abime, talonné par la misère, Charles Baudelaire sut transformer l'adversité en un brasier d'art et de pensée. Depuis l'arrière-salle d'une auberge ou un glacial logement de fortune, le maître des symbolistes raconte dans ces lettres ses déboires financiers. Maudit par ceux qui lui prêtaient de l'argent, pétri d'orgueil et de colère, le poète surpassa toutes les crises, parvenant à incarner le mythe d'une vie de bohème et d'écriture.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Après avoir passé un doigt sur la surface du texte pour en apprécier le niveau de grain, lire. Une première fois. Résonance du choc. Dégringolade en pied de page.
    On a lu pourtant, et reconnu les grands équilibres, la structure grammaticale ou la tonalité de sa langue maternelle. Mais on n'a rien compris.
    On recommence, on repasse.
    On pose ses coudes de part et d'autre, il faudra bien que le texte s'attable.
    Mais pour y parvenir, il ne suffira pas, même si c'est indispensable, de l'attaquer bille en tête, de le bloquer entre ses coudes et de se prendre la tête à deux mains. Il faudra ruser avec lui : le traiter comme un sujet, comme un oeil qui vous voit, comme un corps qui vous sent. Tourner autour, le lire dans toutes les pièces et toutes les positions, le maltraiter et le surprendre, le faire rire, le séduire. Alors il vous donnera tout, ou presque. »

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dans la moiteur de l'été, deux jeunes hommes paressent dans une chambre poisseuse de Montréal. Ils boivent, mangent, rient, lisent et baisent quand ça se présente. Et ça se présente, car la drague est joyeusement efficace.
    Torse nu sur son divan, l'un écoute Charlie Parker et Archie Shepp en philosophant, quand il ne dort pas trois jours d'affilée. L'autre rêve de devenir écrivain, il lit Baldwin, Hemingway, Henry Miller ou Bukowski, et s'extasie devant l'appétit sexuel des jeunes filles sérieuses. Ils dissertent sur la beauté et l'origine du désir, sur la Blanche et le Nègre. Et ça fait des étincelles dans un grand éclat de rire jazz.
    Machine à écrire, ruban neuf, papier immaculé : la vieille Remington 22 qui a appartenu à Chester Himes est riche de promesses... L'écrivain est en route !

  • Les étonnants paradoxes de l'âme humaine et les fragiles labyrinthes du psychisme de l'enfant exposés dans les lettres où Kafka analyse le comportement de l'« animal-famille ». Questionnant le joug familial, il s'extirpe du lacis de ses fiançailles et démolit, non sans émotion, la figure paternelle. Le plus surprenant prosateur du vingtième siècle se révèle être un pédagogue subtil et d'une extrême lucidité.

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'étude des différentes manières de ne pas lire un livre, des situations délicates où l'on se retrouve quand on doit en parler et des moyens à mettre en oeuvre pour se sortir d affaire montre que, contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible d'avoir un échange passionnant à propos d'un livre que l'on n'a pas lu, y compris, et peut-être surtout, avec quelqu'un qui ne l'a pas lu non plus.

  • Dans un futur lointain, nous apprendrons peut-être à dissocier la création littéraire de l'honnêteté intellectuelle.

    Pour l'heure nous savons seulement que l'imagination, tout comme certains animaux sauvages, n'est pas féconde en captivité. Tout écrivain ou journaliste qui nie cela appelle, en réalité, a` sa propre destruction.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Comment naît l'amour est un recueil de dix nouvelles évoquant des petits riens du quotidien et des bribes de conversations entendues à l'aéroport, à la plage ou dans le taxi. Raija Siekkinen aborde avec élégance et justesse la complexité des relations familiales amicales ou amoureuses. Au fil des nouvelles, elle dévoile la demande en mariage d'un jeune homme à sa fiancée, la folie d'un père, une jeune femme avouant à demi-mot le viol dont elle a été victime, la séparation d'un couple aux apparences modèle ou le deuil d'une femme suite au décès accidentel de son conjoint.

    Raija Siekkinen emploie un ton cynique et mélancolique pour décrire la fragilité de nos émotions. Ce recueil est ainsi une succession d'événements, d'arrêts sur image et d'instants de vie immortalisés par le biais de l'écriture.


  • Une petite fille évoque son départ d'Iran, sa nombreuse famille et son arrivée en France. Entre attachement au pays neuf et sentiment de l'exil, elle dit la difficulté à s'intégrer et la nostalgie du monde perdu de la Perse de l'enfance. Une sorte de conte philosophique qui répond aux«Lettres persanes»de Montesquieu avec un regard distancié mais affectueux sur la France.


  • Umberto Eco Comment voyager avec un saumon Avez-vous déjà eu besoin de mettre un saumon fumé dans le mini-frigo de votre chambre d'hôtel ? Tenté d'installer un logiciel en lisant les trois volumes d'explications fournis par le fabricant ? Renoncé à prendre un médicament anodin en raison des risques terribles que sa notice fait peser sur «certains sujets» ? Entrepris de chercher du sexe sur Internet oe Si vous répondez oui à l'une de ces questions, alors vous vous reconnaîtrez dans les pages de ce livre, qui relate, sur un mode hilarant et, hélas, vraisemblable, les aventures et mésaventures de l'homme d'aujourd'hui. En guise de bouquet final, vous découvrirez la Cacopédie : un hallucinant voyage dans le savoir scientifique moderne poussé vers la folie à force d'atomisation et de luxe théorique...
    L'universitaire spécialiste de sémiologie, le romancier érudit et puissant du Nom de la rose et de L'Ile du jour d'avant livre ici un autre visage : celui, moqueur et généreux, d'un observateur de notre temps et de sa folie ordinaire.
    Il convient d'ajouter qu'on éclate de rire à chaque page.

    Ajouter au panier
    En stock
  • «Tristan disait souvent que rien ne serait arrivé sans la boxe. Mais, à vrai dire, rien ne serait arrivé sans la gare du Nord non plus. Et rien non plus s'il n'avait pas eu un père communiste. Mais il est vrai que la boxe était un bon début.» Tristan Rivière a été élevé dans l'idée qu'il devait être un héros. À l'âge de seize ans, à la première occasion qui lui est accordée de prouver son courage, il s'enfuit. Après dix années de remords et d'humiliation, Tristan se retrouve dans un train au moment où une jeune femme est agressée par une bande. Va-t-il enfin se montrer à la hauteur? Suivant sa réaction, sa vie prendra des directions entièrement différentes...

    Ajouter au panier
    En stock
  • comment cesser d'exister

    Will Cuppy

    « J'ai moi-même cessé d'exister le 23 août 1934. J'oublie où je me trouvais à ce moment-là, mais la date restera à jamais gravée dans ma mémoire... » Ainsi s'exprimait Will Cuppy au moment d'aborder dans ce nouveau traité, aussi écologique (avant l'heure) que misanthrope, le cas épineux des espèces disparues, des dinosaures au dodo, en passant par le mammouth laineux. L'auteur n'en continue pas moins d'explorer les espèces semi-résistantes, des oiseaux aux poissons, en passant par ces satanés insectes (« Les insectes seraientils en train de gagner ? »). Truffé de notes de bas de page aussi savantes que cocasses, on comprendra que ce vrai-faux traité de zoologie est avant tout un classique de la littérature comique.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Comment décider de devenir explorateur ? Comment cohabiter avec un cheval schizophrène ? Comment vivre dans un canoë ? Comment dormir tranquille quand des tigres vous tournent autour ? Comment se faire secourir par trois Indiens après quarante-six jours seul dans la jungle ? À travers de courtes chroniques, tour à tour drôles et émouvantes, Eliott Schonfeld dépeint avec sincérité sa vie d'aventurier des temps modernes, loin des clichés du baroudeur héroïque.

  • Peut-on écrire une thèse sans mourir d'ennui ou devenir à moitié fou? Oui, et mieux encore, répond Eco : il faut vivre la thèse comme une chasse au trésor, et non un rite masochiste d'un autre âge. Quels que soient sa durée, son nombre de pages, la discipline choisie ou le sujet lui-même, tout travail de recherche, du mémoire au doctorat, est un exercice inégalé pour la formation de l'esprit, à condition de bien s'y prendre.

    Définition du sujet, plagiat, paraphrase, mais aussi relations diplomatiques avec son directeur de recherche : avec humour, tendresse et pragmatisme, Umberto Eco accompagne quiconque désire apprendre à chercher, réfléchir et construire une pensée personnelle, dans un ouvrage qui est peut-être avant tout un merveilleux guide pour, simplement, bien écrire.

empty