• C'est la première fois que le grand-père d'alexandra parle des douleurs de sa propre enfance : les nazis, l'étoile jaune, les rafles...
    Et ce policier de nancy qui a osé désobéir aux autorités de vichy. pour lui sauver la vie.

  • Allemagne, mars 1933. Rudi accompagne ses parents au bureau de vote. C'est la première fois qu'il les voit se disputer. Très vite, on comprend que son père s'apprête à voter pour le parti d'Adolf Hitler et aimerait que sa femme fasse de même. Ce qu'elle refuse absolument.

    Ce récit du quotidien du jeune Rudi entre 1933 et 1945 permet de comprendre comment, une marche après l'autre, le totalitarisme nazi s'implante et bride toute réaction. L'horreur devient possible. Un album qui rappelle que voter n'est pas un geste anodin et que tous les bulletins ne se ressemblent pas...

  • Voici le second titre de la série Les 3 secrets d'Alexandra.
    Après Il faut désobéir qui évoquait Vichy et la collaboration, Un violon dans la nuit parle aux enfants des camps et de la déportation.
    Alexandra va réussir à ce que sa tante, violoniste, ose enfin poser des mots sur ce qu'elle a vécu à Auschwitz. Elle lui raconte notamment comment son violon, emporté avec elle, brisé dans les convois, est malgré tout demeuré pendant sa déportation sa seule chance de survie. Un beau lien aussi avec ses co-détenues tziganes. Alors que l'humiliation était quotidienne, elle reconstituait concertos et symphonies dans sa tête, les yeux fermés, les poings serrés. Elle a tenu bon mais à son retour, elle a préféré se consacrer au piano, pour la musique, et au silence pour les mots. Alexandra va-t-elle parvenir à poser à nouveau un violon sur l'épaule de la vieille dame ?
    Comme dans les autres titres de la collection, un fil historique positionne les faits en parallèle au déroulement de la fiction. Après L'Esclave qui parlait aux oiseaux, Zappe la guerre, Midi pile l'Algérie, et Il faut désobéir, un livre qui devrait lui aussi faire événement.

  • Voici le troisième et dernier titre de la série Les Trois secrets d'Alexandra. Après Il faut désobéir qui évoquait Vichy et la collaboration, Un violon dans la nuit qui parlait aux enfants des camps et de la déportation, Viva la liberté ! raconte la résistance.
    Rino était un copain de Maurice, l'arrière-grand-père d'Alexandra. C'était un footballeur prometteur dans l'équipe du Red Star, à Saint-Ouen. Il faisait aussi partie d'un réseau de jeunes immigrés résistants, arméniens, espagnols ou polonais, celui de Manouchian. L'affiche rouge apposée sur les murs de
    Paris par les Allemands les faisait apparaître comme des étrangers hirsutes et menaçants. Ils ont tous été fusillés. Et Maurice n'a jamais eu le courage de raconter cela à Alexandra. Oser lui dire l'horreur de cette guerre, et aussi les attentats qu'il a été amené à commettre avec Rino. Comment réagirait-elle oe
    Mais aujourd'hui c'est vraiment le jour : il l'amène voir son premier match, dans la tribune d'honneur du Red Star. En commentant le jeu, c'est plus facile de parler que les yeux dans les yeux. L'histoire de Rino della Negra et du groupe
    Manouchian est réelle. Comme dans les autres titres de la collection, un fil historique positionne les faits en parallèle au déroulement de la fiction
    avec en appui des documents d'époque.

  • Ce coffret réunit la série complète Les Trois secrets d'Alexandra qui fait vivre la mémoire de la Seconde guerre mondiale.
    Il contient trois titres : Il faut désobéir sur Vichy et la collaboration, Un violon dans la nuit sur les camps et la déportation et Viva la liberté ! sur la résistance. Ce coffret permet aux enfants de 8 à 12 ans d'appréhender cette période
    clef de l'histoire de l'humanité à travers trois textes forts, tous écrits à partir d'histoires vraies par Didier Daeninckx.
    Le trait sensible de Pef accompagne les jeunes lecteurs dans ces pages graves où la part de lumière finit toujours par l'emporter. Et un fil documentaire, accompagné de photographies d'époque, éclaire chacune des trois histoires.
    Autant d'atouts pour que les enfants d'aujourd'hui s'emparent activement de cette mémoire, celle de l'enfance de leurs grands-parents. Une série désormais incontournable.

empty