Entre Deux Mers

  • Plus de 110 moulins à eau et à vent sont à découvrir dans le Grand Saint-Emilionnais, plus connu aujourd'hui par ses vins que par une quelconque culture céréalière. Et pourtant !Les meuniers et leurs moulins, impensables sans culture de céréales, ont joué un rôle primordial pour l'alimentation des populations et des animaux depuis au moins le XIII° siècle, jusqu'au temps où les métairies céréalières sont devenues, en Saint-Emilionnais, au début du XX° siècle, de petits domaines viticoles. L'histoire de certains de ces moulins est quasiment millénaire. Moulins à eau, premières machines de l'occident, et moulins à vent, plus tardifs, ont fait travailler mais aussi rêver des générations d'hommes et de femmes. L'une des plus anciennes cartes de la Guyenne, celle de Belleyme, publiée à partir de 1785, les représente pour la plupart. Les moulins-bateaux sur la Dordogne, relativement méconnus y sont ainsi figurés.
    L'auteur étudie tous ces moulins un à un, ayant divisé le Grand Saint-Emilionnais en 7 secteurs géographiques pour faciliter leur approche, chaque partie accompagnée d'une cartographie ancienne et contemporaine très précise. L'ouvrage est très richement illustré et donne à comprendre combien la géographie explique le positionnement de ces établissements dont il ne reste parfois que quelques vestiges. Un livre essentiel pour garder la mémoire de ce passé qui a contribué à façonner un paysage aujourd'hui inscrit au Patrimoine mondial p

empty